« Tu savais que les cactus avaient une fleur ? Au milieu des pics se trouve un cœur. »
 

Skulltress
Membre
avatar
Skulltress
Messages : 10
Points : 66
Dim 17 Sep - 17:53
Skulltress

•Nom : Je me nomme Skulltress, ( anciennement Plume ) on me surnomme ainsi depuis peu, à croire qu'un prénom est destiné à devenir maître de soi-même. C'est vrai quoi, je suis aussi peu charnue qu'un squelette, ce sont des os qui sculptent ma silhouette.  Enfin bref, ne nous attardons pas là dessus ...

•Age : J'ai actuellement 19 ans c'est que je deviens veille pardi ! Le temps passe aussi vite que ma mémoire défaille, d'ici là, j'aurais oublié que j'existe.

•Genre
: Je suis une jument dotée d'une grande sagesse ! Du moins, c'est ce que l'on me dit.

•Grade : Me voilà fière d'être une jument de patrouille , tu pensais que j'étais une ancienne hein ? Eh bien pas encore, j'en ai encore sous le capot !

•Groupe : Je fais partie des Indiens.


• Famille : Les membres de ma famille sont :
•Jupiter ♦️ mon père
Lady ♦️ ma mère
• Charlie et James ♦️ Mes anciens éleveurs
• Aslam ♦️ Mon maître Indien
•Epic( décédé ) ♦️ Mon tendre compagnon
• Charlie ( disparu ) ♦️ Mon fils
Mes principales qualités : mystérieuse - cultivée - charmeuse - courtoise - conciliante -  - forte - - mystique - sensuelle - valeureuse - généreuse -  grand sens moral - rêveuse - bon conseil - sens de la justice - infantile - sage

Mes principaux défauts : dure - intolérante - mélancolique - fragile - angoissée - n'aime pas la critique mais préfère les félicitations - indécise- irréfléchie par moment

psychologie
"Voici ma personnalité, la manière dont je suis perçue"


Skulltress est mystérieuse et cultive son côté inaccessible pour charmer tout ce qui l'entoure. Courtoise et conciliante,  elle peut néanmoins soudainement se montrer dure et intolérante. La constance émotionnelle n’est pas son point fort, et, avec elle tout dépend du moment. Sa confiance en elle est en dents-de-scie, de même, elle porte ainsi une vision très optimiste de certaines choses, mais défaitiste d’autres. Les choses sont faites ainsi, elle supporte très mal la critique et peut se montrer orgueilleuse face à d'éventuelles situations. La mélancolie que dégage Skulltress constitue l'élément majeur de sa panoplie de séductrice. On a toujours l'impression qu'elle est sur le point de pleurer ou qu'un triste événement vient de la frapper.  Elle possède une sorte de personnalité assez complexe. A la fois forte et fragile, elle cherche à cacher sa sensibilité derrière une certaine distance, Skull est aussi facilement angoissée et a besoin de se sentir aimée pour être sereine.

Les félicitations sont ce qui la pousse à se surpasser et à être la meilleure. Elle s'efforce de prendre pour énergie, les paroles des autres. La jolie jument aime la beauté, ooooh que oui ! La crinière au vent, la démarche mystique et sensuelle, se muant avec lenteur, elle se montre tout à fait valeureuse. Généreuse, elle cherche toujours à faire plaisir aux gens qu'elle aime. Contrairement à ce que l’on peut penser de prime abord, Skull possède  un grand sens moral et sait ce qui est juste et bon. Elle n'est pas très attachée aux traditions et aime construire ses propres lois, sa propre logique. Elle garde cependant, un profond respect envers la coutume indienne. L’esprit d’indépendance est très développé chez elle.

Skulltress rêve d’un monde plus juste et affiche une morale élevée. Elle hait plus que tout les Cow-boys et leurs vilaines règles. Elle est attachée à sa famille et a un sens maternel très développé. Elle ne peut pas s’imaginer vivre sans avoir d’enfants. Malheureusement, l'espoir disparait peu à peu au fil des années. Ayant perdu ( du moins c'est ce qu'elle pense ) son seul et unique poulain il y a de cela, quelques années, elle est depuis ce jour, brisée en mille morceaux. Ce tragique épisode avait crée en elle, cette tristesse qui réside encore dans ses yeux. Elle espère en avoir de nouveaux, et pleins ! Cela malgré son âge. Skull serait même prête à demander au premier venu de lui faire un poulain, sans même réfléchir à ce qu'il pourrait advenir du futur.  Elle est parfois indécise dans ses choix et ne sait pas toujours quel camp choisir. En revanche concernant les décisions de son entourage, elle est toujours de bon conseil et a un grand sens de la justice. Elle est quelque peu âgée, et a atteint sa 19e année très récemment. Fuyant le temps, profitant de l'instant, elle en oublie presque son âge. Dans sa tête, elle est bien plus infantile que ce que l'on croit, et même si sa sagesse constitue l'un de ses points importants, la curiosité l'amène encore à se prendre pour une enfant.

physique
"Voici mon physique la manière dont je suis vue"

C'est qu'elle est belle malgré son âge Skull ! Elle a certes, une très fine silhouette, dont les os saillants se dévoilent sur ses côtés, mais c'est aussi une robe veloutée et d'un gris étincelant se morfondant avec du blanc qui la définie. Son encolure est assez puissante, et se démarque du restant de son corps. Sa face est d'un gris pourpre, faisant ressortir ses yeux bleus profonds qui dévoilent une certaine mélancolie. Sa robe blanche est passementée par des points luisants plus foncés, Skull possède des balzanes de la même couleur, dans les poils se dévoilent bien plus au niveau de ses sabots noir. 



Sa crinière est aussi blanche que la neige, mais ses reflets naviguent sur du gris, ce qui la rend bicolore. Ondulés, longs, ses crins ont l'habitude d'être relativement bien entretenus. De petites perles bleus que Aslam lui a mis en guise de décoration, lui rajoutent un brin de couleurs. Malgré son âge, elle reste puissante, de part sa carrure ( croisée Akhal-Teke & AraAppaloosa ) mais de sa force mentale qui lui constitue aussi une force physique.


histoire


Par delà les rives


Aussi douce et légère qu'une plume parcourant le vaste ciel, l'âme pur descendant ainsi vers un nouveau monde, ce fut la vie qui entama sa course contre le temps. Ce jour là, le ciel parût rejeter des paillettes roses, tant la lumière pourpre matinale se réveillait sous cette lueur si pâle. Aussi lointain que je m'en souvienne, je n'étais pas plus grande qu'une brindille d'herbe. Ma mère me disait souvent que j'étais la plus belle à ses yeux, une fresque éternelle qui ne cesserait de grandir dans son coeur. J'ai mis du temps avant d'en comprendre le sens, et aujourd'hui il n'en est que trop tard pour regretter. Il y a des années, alors que je n'étais qu'une pouliche, je vivais avec mes parents, loin du Cimarron. L’Écosse, le pays dans lequel j'y ai passé une enfance plus dure qu'il n'y paraît, ne cesse d'exister. Au début, où le bonheur régnait au sein de ma famille, je m'appelais Plume. C'était de la douceur qu'on voyait en moi, une brin d'étincelle qui émergeait de mes pupilles. Charlie était le nom de notre éleveur, celui qui, lorsque je suis née, s'était posé à mes côtés, protégeant ma mère de ses craintes. Mon père lui, gardait comme prestance la magnifique petite boule que j'étais en arrivant. Il était fier, cela se voyait. Sa belle silhouette élancée, l'encolure relevée et la tête dressée, tout cela avec un sourire accompagna mon désir de l'avoir rendu humble et fier.



Sous un coucher de soleil je vivais, tel un espoir encore inconnu, désirant par dessus tout, connaître le noirceur de la vie, comme le ferait le soleil et la lune, ces deux opposés mais si proches à la fois. Voilà qu'un jour la nuit tomba, et tout me semblait une nouvelle fois si obscure. Ce moment, je m'en éprenais tous les soirs,  comme si finalement, tout se tenait par des ficelles, sans se lâcher. D'après ce que ma mère disait, notre éleveur n'avait plus assez d'argent pour s'occuper de nous. Lorsque je l'appris, cela me brisa le cœur. Pourquoi ? Je n'en savais rien. J’appréhendais la suite avec crainte.  Je voulais à tout prix rester ici, dans mon petit pré, au sein de ma famille, pouvoir encore goûter aux pommes rouges et juteuses, jouer avec les chèvres et les vaches, et rester auprès de Charlie. Cet homme s'était toujours montré présent, et je voulais qu'il le reste dans mon futur. "Maman ? Nous resterons ensemble n'est-ce-pas ? " Ma mère en face de moi, je la fixais. "Ma chérie ... Il faut que tu comprennes que le choix n'est pas à notre portée, la vie est faite de mystères, de joies, mais de tristesses aussi." Derrière ces paroles semblaient s'y cacher une vérité qu'essayait de me révéler ma mère. "Mais je te promets qu'on restera unis, quoi qu'il arrive." Elle s'approcha de moi, m’enlaçant comme le ferait une mère qui aime. Au fond je me sentais heureuse, parce que finalement, je n'allais pas quitter ma famille. Pourtant je ne vis pas la souffrance que me donner ma mère en ce câlin si puissant, câlin qui allait sûrement être le dernier.



Charlie se devait obligé de nous vendre. Malgré ses investissements et sa bonne volonté, il ne trouva pas de propriétaire, capable de nous élever, à trois. Mon père partit le premier, tant sa prestance avait fait rage, séduisant de sa carrure, les hommes. Je comprenais ce qu'il se passait, je savais au fond de moi que je ne le reverrai plus jamais. Mes larmes coulaient comme coulait la rivière pour rejoindre l'océan, j'étais emparée. Comment sécher ses larmes si nous ne trouvons pas le soleil pour ? J'allais perdre mon père, et peut être même ma mère. Sans réfléchir, je le rattrapais, il s'évadait au loin, galopant sans relâche, mes sabots raclant le sol furtivement, plus rien ne m'arrêtait. Une force puissante me disait d'agir, et me pousser à aller plus loin. Le soleil au loin révélait l'ombre de mon père, et la mienne face à lui paraissait bien plus petite, pourtant je me fis grande et fière de mon père. Ses yeux croisèrent les miens, et ses larmes glissaient sur sa robe veloutée. Il me prit vers lui, je sentis son odeur, et sa tête me câliner avec amour. "Je ne cesserai jamais de t'aimer, ma fille. Oh, comme je suis fier de toi." Une dernière léchouille et tout devint obscur. Il s'en alla, bravant la solitude pour toujours, et le remord d'avoir aimer pour tout perdre. Et moi qui restait immobile, les yeux rivés vers la boite dans laquelle mon père était emmené. Vers l'horizon il s'évada, vers le soleil qui s'éteignait doucement, sa couleur si chaude s’estompant, tout comme le temps.



Peu de temps après, c'est moi qu'un propriétaire avait choisi. Je l'avais compris en croisant le regard de Charlie. Nous étions connectés l'un à l'autre, nous avions vécu des moments inoubliables, et des souvenirs qui me resteront gravés à jamais. Il fallait que je quitte ma mère. Je ne savais pas si elle allait partir elle aussi, où si Charlie avait décidé de la garder,  puisqu'il ne restait plus qu'elle. Ce jour, j'avais enfin compris ce que ma mère voulait me dire, et c'est même un sourire qui s'afficha sur mon visage. Je l'enlaçais, respirant une dernière fois son odeur. Museau contre museau, front contre front, nous ne regardions pour la dernière fois, comprenant toutes les deux ce qui nous arrivaient. "Je t'aime" avais-je réussi à dire dans un dernier soupir. "Je t'aime aussi ma fille, pour toujours." C'est avec courage que je fis demi-tour, suivant Charlie qui allait me conduire vers ma nouvelle vie.



Vers l'horizon

Je venais de tout quitter, ma famille, et même Charlie. Il me laissa peu de temps après, et je traversais toutes sortes de paysages plus encensés les uns que les autres. C'est dans le Cimarron qu'on me déposa. J'étais extrêmement loin de chez moi, de mon père, de ma mère. Un autre éleveur s'occupa de moi. Il était aussi doux et attachant que Charlie. Il se nommait James. Un étalon était déjà à sa possession, et cela fit relancer mon cœur. La compagnie m'avait manqué, et à travers eux, j'avais l'impression de revoir mes parents. Je restais plus de 8 ans en compagnie de James, de longues années qui paraissaient s'être déroulées à une vitesse incroyable. J'avais appris à connaître cet endroit merveilleux, et à me lier d'amitié avec Epic, son étalon. Nous deux étions devenus très proche, au point même de vouloir passer le restant de notre vie ensemble. Je me souviens encore aujourd'hui, de cette lueur dans ses yeux, cet amour qu'il me donnait par ses gestes doux, sa voie qui traversait mon esprit à toute allure, et de son cœur, qui battait en harmonie avec le mien. On peut dire qu'à cet âge, je plaisais beaucoup. Mais j'aimais Epic, plus que tout au monde. C'est d'ailleurs quelques mois plus tard que j'attendais son poulain. Une fierté grandissait en moi, prouvant notre amour commun. Elle se développait au fil de temps, m'enveloppant d'une douleur maternelle. J'avais toujours rêvé d'avoir des petits, et ce jour allait arriver. "C'est avec toi et notre petit que je veux vivre à jamais" m'avais déclaré Epic au moment où notre fruit divin avait vu le jour. "Charlie ... S'il te plaît, appelons le Charlie." Il me sourit, me dévoilant un sourire qui voulait tout dire. J'étais fier, et heureuse. Je venais de trouver ce qui s'appelait : Le bonheur. Ce sont après quelques semaines d'existence de plus que des questions troublèrent mon esprit. ( Charlie avait désormais 2 ans ) Je voulais goûter à la liberté, m'élancer sans m'arrêter, suivre le soleil puis la lune, gravissant la neige, le froid, la chaleur, respirant l'air frais du matin et du soir, et vivre avec Epic et James. C'est dans mon regard que James comprit que je n'étais plus à ma place. Sa main sur mon museau, il me nomma Skulltress, pour la bravoure que j'avais su lui montrer, et les pouvoirs d'une enchanteresse que pouvait satisfaire l'amour d'un homme. C'est à partir de ce jour que je m'étais identifiée à son nom, voulant laisser Plume derrière moi, afin d'oublier le passé. Skulltress, tel était à présent mon nom. Il me relâcha sans hésitation, avec mon compagnon, et mon fils. Je lui en étais plus que reconnaissant, d'abord parce qu'il avait pris soin de moi, après Charlie, mais parce qu'il me comprenait. J’espérais le revoir un jour.


Nous venions d'être libérés. J'étais heureuse. On parcourait ensemble notre existence, naviguant entre montagnes et déserts, frôlant les rivières et les glaciaires, sans savoir où l'on allait. On voulait trouver un endroit rien qu'un nous, un petit coin qui allait devenir notre maison. Mais aujourd'hui, je me rends compte que mon choix n'était pas le bon. Nous étions en pleine tempête ce jour là, je perdais de vue Epic, et mon fils. Tout semblait s'effondrer autour de moi, comme si le monde entier m'en voulait. Je criais, criais, hurlant et hurlant par ma suite. Je sortis de la tempête avec panique, mon coeur s'emballa. Je baissais la tête, regrettant ma décision. Ou étaient-ils ? Mes yeux s'agrandirent au moment ou Epic sortit de l'ouragan et je m'empressais de me coller à lui. " Ou est Charlie ?" Notre regard s'effondra au même moment. On le chercha partout, mais nous avions perdu sa trace. Les larmes me montèrent aux yeux, à cause de moi j'avais perdu mon seul et unique fils.



Avec Epic, nous continuâmes notre route, avec pour seul espoir, de retrouver un jour Charlie. Mon esprit s'embrouilla, il était mort, par ma faute. Comment pouvais-je le savoir ? L'instinct maternel. Je ne trouvais plus la force de continuer, et je m'écroulais par terre, pleurant toute mon âme. Epic m'encouragea à continuer, au moins pour mon fils. Mais j'étais plus que fatiguée, et je ne trouvais plus de raison d'être. Il s'allongea à mes côtés, son corps contre le mien. Après cela, je me souviens avoir fermé les yeux, et les avoir ouvert en y découvrant un étrange homme. Il était très bizarre, il portait des plumes et toutes sortes d'objets que je ne connaissais pas. Il nous emmena, Epic et moi, dans un monde qui nous était inconnu : Les Indiens. J'étais assez curieuse, et je me disais qu'enfin, nous avions trouvé notre chez nous, avec pour manque, mon fils.


Aslam, tel était le nom de mon nouveau maître. Je venais de comprendre que je n'étais pas faite pour la liberté. Je n'avais pas su protéger ma famille, et mon ignorance en était à son comble. Je pensais que la vie se montrait plu s juste envers la liberté, mais parfois il vaut mieux se contenter d'appartenir à quelqu'un pour vivre. Alors je restais auprès des Indiens, avec Epic, et nous vieillissons ensemble, jusqu'à ce que la mort nous sépare. Car oui, c'est lorsque j'eus 15 ans qu'Epic m'avait quitté. Depuis ce jour, je me montrais bien plus faible qu'autrefois, déjà parce que je devenais plus vulnérable et plus âgée, mais aussi parce que je perdais ma famille, à croire que je suis venue au monde pour vivre seul.

Avec Aslam, nous parcourons ensemble les territoires à l'affut d'étrangers. Je voulais retrouver l'amour et le désir ardent de concevoir un poulain. On aurait plus me mettre en tant que nourrice mais non, Aslam m'avait choisi pour un autre rôle. Mais bon ... Je pense qu'il ne me reste plus beaucoup à vivre, du moins, si je ne retrouve pas le goût du bonheur d'ici là.



Pearl
J'aime les fleurs Sinon, je suis le DC de Black Pearl
©️ ASHLING POUR EPICODE


_________________
(c) PF (Thanatos) - Edith Sparrow (DeviantArt)
Design by PF (Thanatos)
Skulltress
Revenir en haut Aller en bas
Aquarelle
Membre
avatar
Aquarelle
Messages : 7
Points : 37
Dim 17 Sep - 18:21
Re-welcooooome avec la mémé :3
Hâte de voir ce que tu vas donner comme caractère à ce 'tit bout de jument :D

_________________

© PF (Aquarelle) - Whitelightning (DeviantArt)

«
Quand on applique à l'esprit une chose aussi simple et aussi innocente que de peindre une aquarelle, on oublie un peu de l'angoisse qui naît de notre appartenance à un monde devenu fou.
»
- Henri Miller -

Autres signatures :
 

Aquarelle
Revenir en haut Aller en bas
Skulltress
Membre
avatar
Skulltress
Messages : 10
Points : 66
Mer 20 Sep - 11:52
Merciiiiii Thana 

_________________
(c) PF (Thanatos) - Edith Sparrow (DeviantArt)
Design by PF (Thanatos)
Skulltress
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORGOTTEN LEGENDS :: Rejoindre l'Aventure :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: